Home Sport Qui est Ben Shelton, pro depuis seulement six mois et directement en quart de finale du premier tournoi hors des États

Qui est Ben Shelton, pro depuis seulement six mois et directement en quart de finale du premier tournoi hors des États

by Amabella Bourget
 Qui est Ben Shelton, pro depuis seulement six mois et directement en quart de finale du premier tournoi hors des États-Unis ?  "Je dois mon succès à mon père"

Qui est Ben Shelton, pro depuis seulement six mois et directement en quart de finale du premier tournoi hors des États-Unis ? « Je dois mon succès à mon père »

TENNISBen Shelton (ATP 89) est l’interprète du boom américain du tennis masculin. Le fils de 20 ans de l’ex-professionnel Bryan Shelton est en quart de finale de l’Open d’Australie pour la première fois. Et cela lors de son premier tournoi en dehors des États-Unis et après presque six mois en tant que professionnel.

Sebastian Korda (ATP 31), Tommy Paul (ATP 35) et Ben Shelton : trois Yankees en quarts de finale de l’Open d’Australie. Ces deux derniers décideront même entre eux qui pourra accéder aux demi-finales pour la première fois. Les avantages seront tirés d’une combinaison d’une meilleure gestion et d’un boom des talents aux États-Unis. Après le premier tournoi du Grand Chelem de l’année, 20% des 50 meilleurs hommes viendront du pays de « l’Oncle Sam ». Avec Shelton peut-être comme le diamant le plus brut.

Dans l’avion sans attentes

Le jeune homme d’Atlanta n’est professionnel que depuis six mois, était numéro 569 mondial il y a un an et n’a jamais joué au tennis en dehors des frontières américaines. « C’est vraiment une surprise », a déclaré Shelton, qui mesure 1,93 mètre, à propos de son avance. « Je suis monté dans l’avion sans aucune attente. Je sais que ça s’adapte de l’Amérique à l’Australie avec le décalage horaire et le décalage horaire. Je savais que ça allait être un combat, ma première fois hors de mon pays d’origine. Ce qui m’a aidé, c’est que je n’ai rien à perdre et que je peux jouer au tennis librement. Cela a grandement contribué à mon succès.

Devis

Si Ben manquait une séance d’entraînement, il devait me payer une petite amende de cinq à dix dollars. Ce n’est arrivé que deux ou trois fois. Puis il a compris, parce qu’il aime l’argent.

Père/entraîneur Bryan Shelton

En huitièmes de finale, Shelton s’est imposé face à son compatriote JJ Wolf (ATP 67) en cinq sets, avec une fois de plus son excellent service et sa combativité au rendez-vous. Ses performances au championnat collégial américain – Shelton a été champion en 2021 avec l’université de Floride et vainqueur individuel l’an dernier – l’ont endurci, il a appris à garder la tête froide dans l’ambiance souvent hostile des rencontres universitaires. Et puis, bien sûr, il y a la contribution du père Bryan. Il était lui-même un solide pro, culminant au 55e rang mondial en 1992. « Je lui dois tout mon succès », a déclaré Shelton à Eurosport. « Il m’entraîne depuis que j’ai pris une raquette. Et il tient aussi ma tête sur mes épaules quand je commence à flotter un peu. Il était un excellent exemple. C’est bien d’avoir un père tennisman qui a tout vécu, y compris les difficultés et les exigences de la vie professionnelle. »

Passionné de football américain et de baseball

Cependant, l’entrée du petit Ben dans le tennis ne s’est pas faite sans heurts. Après tout, Shelton Jr. était accro au baseball et au football américain en particulier à l’âge de douze ans, et avec son bras gauche lisse, il était même un quart-arrière talentueux. Ce n’est que lorsque son père est devenu entraîneur à l’Université de Floride qu’il s’est davantage impliqué dans le tennis. « Le football est beaucoup plus dur pour le corps », a déclaré Shelton. « Je ne sais pas combien de temps ma mère aurait aimé me voir attaqué. Et parce que mon père était un ancien professionnel et entraîneur, la seule façon dont je pouvais bénéficier d’un avenir meilleur était de choisir un sport dans lequel il était un expert.

Alors le duo s’est mis au travail. « On s’entraînait tous les matins de 6h à 8h avant qu’il ne doive aller à l’école », raconte le père Shelton dans L’Equipe. « S’il manquait un entraînement, il devait me payer une petite amende de cinq à dix dollars. Ce n’est arrivé que deux ou trois fois. Alors il comprit. Il ne voulait pas que cela se reproduise parce qu’il aime l’argent. »

©AFP

De plus, l’histoire de Shelton en tant que quart-arrière a aidé à développer ses armes. « Il aime tout ce qui lui tombe dessus », a dit en riant papa Shelton. «Que ce soit servir ou écraser. Il est très explosif. » Incidemment, c’est papa Shelton qui a déconseillé à son fils d’explorer des tournois en dehors de l’endroit où il vit en Amérique. Pour une bonne raison. « Il m’a demandé si j’étais le meilleur joueur d’Amérique », raconte le nouveau Big Ben. « ‘Pourquoi dois-tu partir à l’étranger alors que tu n’es même pas le meilleur Américain ?’ a dit mon père. »

Avec ses quarts de finale à l’Open d’Australie, Ben Shelton est déjà numéro 43 au classement mondial et donc sixième meilleur Américain. Une victoire sur Tommy Paul le placerait à la quatrième place. Bientôt, il prendra plaisir à découvrir le monde entier et le monde (du tennis) l’appréciera.

« Pourquoi on fait ça ? » : Après la soirée marathon nocturne de Murray, l’organisation de l’Open d’Australie a reçu beaucoup de critiques, mais ne veut pas céder

« Peut-être adieu en France ? » : Notre observateur tennis sait que petit à petit Rafael Nadal va se poser les inévitables questions (+)

© ANP/EPA

Connectez-vous ou créez un compte et ne ratez aucune star.

Oui, je veux un accès gratuit et illimité

Related Articles

Leave a Comment