Home Actu « Le lanceur d’alerte de la Coupe du monde du Qatar a été torturé, la FIFA complice », dit sa famille

« Le lanceur d’alerte de la Coupe du monde du Qatar a été torturé, la FIFA complice », dit sa famille

by Fantina Mouet
"Le lanceur d'alerte de la Coupe du monde du Qatar a été torturé, la FIFA complice", dit sa famille

« Le lanceur d’alerte de la Coupe du monde du Qatar a été torturé, la FIFA complice », dit sa famille

Abdullah Ibhais était responsable des médias pour le Comité suprême, le comité qatari responsable des infrastructures et de la planification de la Coupe du monde, lorsqu’il a recommandé en août 2019 qu’il reconnaisse leur rôle dans l’abus des travailleurs migrants. Il avait trouvé des centaines d’employés du stade sans eau potable et impayés depuis des mois.

Peu de temps après, le Comité suprême a accusé Ibhai de corruption. Il a été arrêté par les services de sécurité du Qatar et condamné à trois ans de prison l’année dernière pour corruption et atteinte malveillante aux fonds publics. Un verdict qui reposerait uniquement sur un aveu qu’il a signé sous la pression. De plus, il a été interrogé sans avocat et n’a eu que peu de possibilités d’en savoir plus sur son cas et de se défendre, selon sa famille.

Les organisations de défense des droits humains Amnesty International, Human Rights Watch et FairSquare, entre autres, ont dénoncé le procès inéquitable et ont appelé à plusieurs reprises l’association de football FIFA à exiger un procès équitable. Jusqu’à présent, la FIFA s’est contentée de déclarer que « toute personne mérite un procès équitable, suivi d’une procédure régulière ».

torture

FairSquare a maintenant publié une lettre de la famille d’Ibhais. Le lanceur d’alerte a maintenant été torturé en prison pour avoir prétendument travaillé sur un documentaire d’ITV intitulé Qatar: State of Fear? avait assisté. En novembre, un peu moins de deux semaines avant le début de la Coupe du monde, il a été « agressé physiquement par les gardes » et placé dans une petite cellule d’isolement dans l’obscurité totale et glaciale où la climatisation était « utilisée comme un instrument de torture » pour quatre jours.

La déclaration comprend également une déclaration d’Ibhais à sa famille : « Je pense que la température a atteint 4 degrés Celsius à certains endroits. Je souffrais déjà de graves ecchymoses après que les gardes m’aient attaqué, et je tremblais tout le temps parce que l’air froid dirigé vers moi ne s’arrêtait jamais. J’ai à peine dormi pendant ces quatre jours.

Autorisation requise

Le cas d’Ibhais a été remis mercredi à une équipe d’experts des droits de l’homme des Nations Unies. La famille espère que cela conduira à une déclaration officielle selon laquelle la détention est arbitraire et à une intervention menant à sa libération.

© AP

« Nous appelons les autorités qataries à libérer Abdullah immédiatement », dit sa famille, « et demandons à toutes les organisations de défense des droits humains, journalistes, militants, joueurs et public de la Coupe du monde de s’exprimer et d’exiger la liberté d’Abdullah ».

« Notre bien-aimé Abdallah s’est courageusement levé pour sa conscience, pour sa famille, pour ses enfants et pour un pays qui, selon lui, contribuait à donner l’exemple en accueillant la première Coupe du monde dans un pays arabe », a déclaré sa famille. « Il n’avait pas peur de défier ses supérieurs. Abdullah a essayé de montrer le Qatar sous son meilleur jour, d’admettre ses erreurs et de faire ce qui est juste pour tous les travailleurs migrants qui ont souffert. Nous n’avions jamais pensé qu’il deviendrait un prisonnier politique. Abdullah a utilisé les systèmes propriétaires de la FIFA pour s’exprimer ; au lieu de cela, il a été puni.

Le silence de la FIFA nous déchire

Ibhais a envoyé des messages à l’équipe des droits de l’homme de la FIFA avant son arrestation, mais ils l’ont ignoré, selon l’organisation de défense des droits de l’homme FairSquare.

« Nous, la famille d’Abdullah Ibhais, réprimandons la FIFA et son président Gianni Infantino, qui ont dit un jour que la Coupe du monde était la voix des marginalisés. Vos actions n’ont pas rempli vos paroles. La FIFA est complice de la détention d’Abdullah et le silence de la FIFA déchire notre famille. Nous rejetons l’indifférence de la FIFA. Nous refusons de reculer : aujourd’hui, nous demandons à la FIFA de prendre ses responsabilités et d’admettre enfin cette tragédie des droits de l’homme.

Related Articles

Leave a Comment