Home DivertissementCinéma Hilde Van Mieghem recherche des témoins pour la quatrième série « Si vous saviez » : « Violence entre frère et soeur : C’est tabou »

Hilde Van Mieghem recherche des témoins pour la quatrième série « Si vous saviez » : « Violence entre frère et soeur : C’est tabou »

by Fantina Mouet
Hilde Van Mieghem recherche des témoins pour la quatrième série "Si vous saviez" : "Violence entre frère et soeur : C'est tabou"

Hilde Van Mieghem recherche des témoins pour la quatrième série « Si vous saviez » : « Violence entre frère et soeur : C’est tabou »

© Wim Kempenaers

Dans la quatrième saison de sa série de toiles « Si vous savez », Hilde Van Mieghem ose s’attaquer au plus grand tabou de la violence domestique : la violence entre frères et sœurs. La recherche de témoins est donc très difficile.

Après la maltraitance des enfants, la violence conjugale et la violence parentale, la productrice de télévision Hilde Van Mieghem souhaite attirer l’attention sur la violence domestique entre « frères et sœurs » ou frères et sœurs dans sa propre famille ainsi que dans les familles recomposées dans son émission Si vous savez déjà. C’est nécessaire, dit Van Mieghem : « C’est le dernier maillon de ma couverture de la violence domestique. Des recherches récentes du professeur de santé sexuelle et reproductive Ines Keygnaert de l’Université de Gand montrent que l’inceste entre frères et sœurs est trois à cinq fois plus fréquent que l’inceste parental chez les enfants. Une grande partie de la violence entre frères et sœurs est qualifiée d' »expériences sexuelles ». C’est aussi rapide de dire que ce n’est pas traumatisant quand ça l’est. Surtout quand il y a une grande différence d’âge. Il s’agit aussi de bien plus que de l’inceste : il ne faut pas sous-estimer les conséquences de la violence physique et psychologique.

Hilde Van Mieghem qualifie la violence entre frères et sœurs de « tabou numéro un ». Elle le déduit de la recherche de témoins : « C’était difficile de faire témoigner des gens sur la maltraitance des personnes âgées, mais c’est encore plus difficile. Cela peut être fait de manière anonyme si nécessaire, mais c’est tellement plus puissant quand les gens osent se lever et parler. Je comprends que les gens hésitent à « s’exprimer », mais l’expérience montre que les Témoins sortent plus forts de ce programme. » Selon Van Mieghem, la violence fraternelle est souvent une réponse à la violence entre parents ou entre parents et enfants. «Les personnes qui doivent y faire face sont souvent aussi victimes d’intimidation ou commencent à s’intimider elles-mêmes. Cela crée un cycle de violence. Il doit être cassé. Ce qui est triste, c’est que peu de recherches sont en cours. Mais la violence est là : mon cœur se brise quand j’entends les histoires que j’entends des pédopsychiatres et des juges de la jeunesse.

Pour plus d’informations ou une réunion exploratoire, les témoins peuvent envoyer un e-mail à sara@borgerhoff-lamberigts.be

Related Articles

Leave a Comment